Uncategorized

Jeu carte tarot origine

Dans ce memorial, rédigé par le Licencié Francisco Porras de la Câmara qui fut, par ailleurs, l'un des premiers lecteurs de la nouvelle cervantine Rinconete y Cortadillo, dans une première version inédite qu'il dut transcrire, précisément, pour le même Cardinal , on lit effectivement ceci:. Cette expression est l'une des nombreuses périphrases auxquelles avaient recours ces marginaux dans leur langage particulier, lagermania, pour désigner la baraja, le jeu de cartes, l'ensemble des cartes nécessaires pour jouer. Parce que la baraja espagnole, on l'a vu, compte traditionnellement 48 cartes, c'est à dire autant de cartes qu'était censé avoir vécu d'années le Prophète 2.

Revenons à Vilhân.


  • Vilhan et Nicolas Pépin: les origines légendaires de la carte à jouer en Espagne - Persée.
  • Sigue al autor.
  • Bottom panel for Description;

C'est un autre Sévillan, le dramaturge Juan de la Cueva, qui nous donne en une curieuse version de la biographie du personnage. On se souvient que, dans le Quichotte, le Cousin humaniste avait le projet de compléter le De rerum inventoribus de Polydore Virgile. Ce projet ridicule, Juan de la Cueva l'a réalisé, d'une certaine façon, quelques années plus tôt. Ses quatre livres De los ynventores de las cosas constituent un long poème d'une grande médiocrité, resté inédit jusqu'en , date à laquelle Lopez de Sedano l'a exhumé pour le publier intégralement dans son Parnaso espanol.

Nul doute que si Cervantes avait connu ce texte, il aurait raillé son auteur au moins autant que Luque Fajardo '. Sachons gré, cependant, à Juan de la Cueva de nous avoir laissé une version intéressante de la vie de Vilhân, que l'on peut encore lire dans un manuscrit autographe:.

Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Madrid, ms. Le poème de Juan de la Cueva est essentiellement consacré à la mythologie. Les références à l'époque moderne sont extrêmement rares, mais il convient de noter qu'elles ont toutes trait à Seville: C'est sans doute à Seville, également, que Vilhân connaît cette triste fin, noyé au fond d'un puits où l'ont jeté de farouches bandits. C'est une fin que nous commenterons plus loin.

Tarot des VISCONTI - 78 Cartes Or + Livret Explicatif

Observons pour le moment que l'inventeur des cartes à. Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Madrid, fol. Le texte — autographe — de Juan de la Cueva est daté de Cuenca, 9 mai 1 avec une dédicace à dona Gerônima Maria de Guzmân. Dans le ms. Quant à identifier cet auteur qui le fait naître à Barcelone, on préfère y renoncer, tout comme l'a fait Martin de Riquer, après avoir cherché en vain des documents barcelonais sur ses prétendues origines catalanes '.

C'est encore dans les toutes premières années du XVIIe s. Dans une satire difficile à dater avec exactitude, Eugenio de Salazar qui, retour du Mexique, est nommé en auditeur au Conseil Suprême des Indes stigmatise les abus de la Cour. Voici le tercet dans lequel il fait allusion à Vilhân:. Comienzo a examinar un b. Sâtira por similes y comparaciones contra los abusos de la Corte, manuscrit de la Real Academia de la Historia, dans Gallardo, Ensayo de una biblioteca espahola de libros raws y curiosos, tome IV, col.

On ne sait rien sur le Taborda du dernier vers. Quant à Vilhân, il est ici l'objet d'une invocation quasiment religieuse de la part de l'un de ces tricheurs, tahures etfulleros, que le même Eugenio de Salazar fustige dans un autre tercet de cette satire Ibid. Cervantes évoque Vilhân, à deux reprises, dans Rinconete y Cortadillo, la plus célèbre des Nouvelles Exemplaires, publiées en Fuera desto. Dans ce passage 2, Cervantes innove en créant un adjectif à partir du nom propre. La meilleure preuve que cet adjectif est le résultat d'une certaine recherche se trouve dans le fait que la première version de la nouvelle propose, au lieu de ciencia vilhanesca, ciencia de lafulleria, c'est à dire, plus prosaïquement,.

Pour Cervantes, qui est le premier et le seul à employer cet adjectif, Vilhân est donc, implicitement, le patron des tricheurs. Ce patronage devient explicite, quelques pages plus loin, lorsque le même Rinconete répond à Monipodio qui l'interroge sur ce qu'il sait faire:. Lope de Vega, lui aussi, connaît bien Vilhân ou, plus exactement, certains de ses attributs.

Yo he servido a Laureano desde nino. Hijo fui de un escudero que en papeles le sirviô; puseme a escuelas. Y porque duda no lleves si en decir cuarenta erré. Obras, nueva ediciôn de la Real Academia Espanola.

On retrouve ici la métaphore du jeu de cartes comme livre, déjà présente dans la définition du Tesoro de Covarrubias, et ce jeu se compose bien des 48 cartes traditionnelles, si l'on ajoute, comme le fait Mongil, les 8 et les 9 des quatre enseignes aux 40 cartes d'abord mentionnées. Quando no puede mâs la envidia, ofende con apariencias frivolas y frias, que hasta en los mismos tribunales vende. Hay en este lugar ciertas Harpyas destas que estudian, io que ciencia rara!

Garantía al cliente de eBay

Que cuando algûn ingenio se prépara para escribir lo que estudiado tiene, dicen que cierto espiritu le ampara. Epistola décima a D. Francisco de la Cueva, composée vers 1 ; dans Obras sueltas, Madrid. Vilhân est donc bien le maître d'une science, et d'une science malfaisante l. Son empire, qui s'étend sur les escholiers et les poètes, est sans partage. Dias géniales o lûdicros, III. Clâsicos castellanos, n. Voyons-le, à présent, parcourir les chemins d'Espagne, tel un picaro qui cherche fortune. Un itinéraire picaresque. C'est à Luque Fajardo que Ton doit la version la plus complète de la biographie de Vilhân.

Mais l'auteur du Fiel desengano contra la ociosidady los juegos prend bien garde de ne pas donner pour sienne cette version. En effet, dans le premier des deux chapitres qu'il consacre à ce personnage ', c'est à Florino un joueur repenti, qui a longtemps pratiqué, précisément, Xefloreo de Vilhân qu'il fait raconter la vie de celui que tous les joueurs considéraient comme l'inventeur des cartes à jouer. Avant de livrer la version la plus courante de cette vie pour le moins aventureuse, Florino en évoque deux autres, pour lesquelles il ne précise que ce qu'elles disent sur le pays dont Vilhân serait originaire.

Une première version fait venir Vilhân de France, parce que les cartes seraient, elles aussi, venues de France 2. Cette opinion reçoit pour tout commentaire une remarque ironique sur le profit d'une telle marchandise: Une seconde version le fait venir de Flandres, peut-être, est-il précisé, parce que les dames de cette province encore espagnole, â l'époque ont inventé le jeu des trescientos 3. Mais ces deux versions ne sont pas retenues, car on ne saurait attribuer à ses voisins l'origine de tous ses maux: C'est alors qu'est donnée la version quasiment officielle, celle que les joueurs appellent la Vida de Vilhân:.

Entrando despues desto. On se prend à rêver sur tout ce que nous aurait appris Florino si Luque Fajardo ne l'avait pas contraint à réduire son récit à un abrégé dont la syntaxe même est parfois elliptique. Mais, telle quelle, cette version — qui est, désormais, devenue classique ' — peut retenir quelques instants notre attention, car le peu qu'elle nous apporte n'est pas dépourvu d'intérêt.

Ainsi donc, Vilhân est natif de Madrid. Il se ruine au jeu et décide alors de partir pour Seville. Cette décision —on est tenté de dire ce réflexe — en dit plus long que le Memorial de Porras de la Câmara, cité plus haut, sur l'attrait que la cité andalouse exerçait alors sur les aventuriers de tout poil. Pour se rendre à Seville, ce personnage de légende ne peut que suivre l'itinéraire normal de l'époque, celui dont Pero Juan Villuga nous a laissé le tracé dans son Reportorio de todos los caminos de Espana, publié à Medina del Campo en Cet itinéraire obligé, Vilhân le suit cependant â sa façon, c'est a dire qu'il fait longuement étape en divers endroits, où il prend â chaque fois un nouveau métier.

C'est ainsi qu'il se fixe quelque temps à Orgaz, a cinq lieues au sud de Tolède, où il apprend le métier de maçon, dont il ne tarde pas à maîtriser les techniques, puisqu'il construit une cheminée restée fameuse dans la mémoire des gens. Cet apprentissage extrêmement rapide, couronné par un chef d'oeuvre inoubliable, ne manque pas de faire penser à quelque initiation maçonnique. Et, derrière ce chef d'oeuvre même, qui s'apparente à d'autres monuments fabuleux de la région 2, il y a sans doute quelque mystère que nous sommes aujourd'hui impuissants à percer.

Au nombre de ces étapes, il faut également compter les. Quel est le terme de cet itinéraire? Triste fin, mais somme toute logique et qui donne au récit, si elliptique soit-il, une certaine cohérence. Le bûcher, punition du tricheur, n'est-il pas aussi la revanche de l'élément asservi, le feu de la cheminée et la flamme des cierges? Vilhân est, du reste, voué à l'Enfer, dont certains prétendent même qu'il provient. On ne poussera pas plus avant la glose d'une légende dont les données sont trop fragmentaires pour autoriser une véritable interprétation '.

On notera toutefois d'autres ressemblances, d'autres constantes. La vie — ou, plus exactement, les vies — de Vilhân ne sont connues de nous que par le témoignage d'auteurs sévillans: Juan de la Cueva et Francisco de Luque Fajardo. C'est dans un rapport sur la dissolution des moeurs sévillanes que sont mentionnées les casas de Vilhân. C'est à l'ombre de la Giralda qu'est évoqué le floreo de Vilhân. C'est enfin dans le traité du sévillan Rodrigo Caro que notre personnage apparaît, semble-t-il, pour la dernière fois.

En outre, ce personnage aussi fortement lié à Seville est toujours donné comme venant d'ailleurs, de loin, du Nord. De Flandre, de France, de Barcelone, de Madrid. Mais il termine sa course hasardeuse dans la métropole du jeu, aux côtés de ce Pierre Papin, lui- même venu d'ailleurs, et installé dans la rue du Serpent.

A Seville, inévitablement. Il se pourrait donc que ce soit à Seville même — au terme de cet itinéraire où elle l'immole — que soit née la légende de Vilhân. Car, si la fable ne dit rien de sûr quant à l'invention du jeu, elle suggère, au moins, ses propres origines. On a vu que c'est à cette tâche impossible que s'est encore appliqué, à la fin du siècle dernier, un historien catalan. Il en allait bien autrement, un ou deux siècles auparavant; il se produisait alors le phénomène exactement inverse.

Dans l'Espagne des années , personne n'ajamais revendiqué une invention dont le Père Ménestrier devait estimer, en 1 , qu'elle était ingénieuse. En effet, lorsqu'ont été écrits les textes précédemment cités, le jeu de cartes était à proscrire. Et, pour mieux le proscrire — le bannir — , à une époque où la xénophobie était plus que latente, le plus efficace était d'abord de donner à croire qu'il venait d'ailleurs.

Le discours sévillan sur les origines flamandes, françaises, barcelonaises et même madrilènes de Vilhân est à cet. Cet autrui aurait pu être, tout naturellement, le Maure que l'on achève d'expulser. Cet ailleurs aurait pu être, en toute logique, les Etats barbaresques dont les Espagnols ont reçu tant de choses. Mais il n'y a guère que Diego de Guadix qui est le premier à nous parler de Vilhân, en l'identifiant avec son invention supposée pour suggérer une origine arabe. Réfutation absurde, qui dénie toute ancienneté à la civilisation arabe.

Mais réfutation significative: Pour Luque Fajardo et pour l'ensemble de ses contemporains, la civilisation arabe, c'est encore quasiment le présent, un présent contre lequel on doit se défendre. Raison de plus, dira-t-on, pour attribuer aux Arabes l'invention d'un jeu réprouvé. Mais l'iconographie des naipes, qui semblait alors étrangère à la symbolique orientale, leur matérialité et la façon dont était organisé leur commerce aux XVIe s.

Il suffit, en effet, d'observer les exemplaires de cartes espagnoles anciennes dont nous disposons pour comprendre que leur invention ait été attribuée à d'autres qu'aux Maures: Les versions de la vie de Vilhân qui le font venir de France et de Flandre sont donc inspirées d'une réalité que les documents et les objets conservés établissent de façon formelle.

Et, si le Vilhân de Juan de la Cueva est barcelonais, cela n'est peut-être pas sans rapport avec le fait que les premières mentions de cartes à jouer dans le Péninsule sont précisément barcelonaises. Vilhân et Nicolas Pépin ne sont pas nés, pas hasard, d'une imagination capricieuse.

Vilhan et Nicolas Pépin: les origines légendaires de la carte à jouer en Espagne

La légende n'est pas sans lien avec le réel, ou du moins avec quelques fragments connus de ce réel, quelques faits établis d'une histoire incertaine. Mais, en mêlant fabrication et invention, diffusion et origine, cette légende prend avec le réel la liberté nécessaire à l'exercice de l'imagination. Même si elle ne rend pas compte de la véritable histoire du jeu, elle traîne avec elle une part de vérité,. La légende n'est pas toute fantaisie; elle est aussi faite pour prouver quelque chose.

La preuve par l'étymologie. On peut s'étonner de ce que Covarrubias, qui publie son Tesoro près de dix ans après que Luque Fajardo a rédigé son Fiel desengano, ne fasse aucune allusion à Vilhân. Ce sont là des détails qui rapprochent les deux personnages dans leur fonction quasiment pédagogique. En effet, non seulement l'origine française est également le point de départ de l'une des versions de la vie de Vilhân, mais encore cette bosse sur le dos de Pierre Papin n'est-elle pas sans évoquer, dans l'imagerie populaire, quelque personnage diabolique.

Pierre Papin est bossu comme est boiteux le diable de la tradition '. Or, Luque Fajardo, lorsqu'il fait parler Florino, insiste longuement sur le fait que les joueurs eux- mêmes croyaient que Vilhân et le démon ne faisaient qu'un: Vilhân, c'est donc le démon en personne. On le dit. Reste à le prouver. C'est encore la tâche de Luque Fajardo, qui ne doit pas faire oublier qu'il est clerc et que son traité est censément un ouvrage de morale.

Sección superior

Dans le second chapitre qu'il consacre à Vilhân, il ne se contente plus de rapporter —et de réfuter— l'opinion du vulgaire. Il donne plus amplement la parole à Laureano, l'homme avisé qui est chargé de ramener Florino dans le droit chemin. Laureano fait montre de l'érudition la mieux intentionnée pour expliquer que Vilhân, c'est le Balaam de la Bible Nombres, XXII, 5 , ce prophète que l'exégèse traditionnelle considère comme un sorcier malfaisant, à cause des sacrifices sanglants qu'il imposait aux hommes.

Il se trouve que le texte hébreu donne effectivement le nom deBil'an au Balaam de la Vulgate, ce qui permet à Luque Fajardo de renforcer sa thèse 3. Mais il ne s'arrête pas en si bon chemin. Il n'applique pas sa méthode au seul nom de l'inventeur supposé. Le nom de l'invention est également examiné; l'étymologie de naipe est recherchée dans la même langue et sollicitée dans le même sens.

Ainsi donc, Vilhân et naipe sont des mots qui disent, au résultat, la même chose, puisqu'ils évoquent, l'un et l'autre, le sacrifice, la destruction, l'anéantissement:. Y tengo para mi que la palabra naipes tuvo su principio en otra diciôn hebrea napâs, que es lo mismo que deshacer, consumir. Y siendo asi, en buen romance séria decirnos que el naipe es un instrumento de juego con que se desperdicia y mal logra el tiempo, el edifîcio de las virtudes se pone por tierra, la hacienda se consume y en mil ocasiones se acaba el sufrimiento, los hombres se muelen.

Quel art de faire parler les mots! Covarrubias, certes, s'y entend aussi; car, pour retrouver derrière le mot naipe le nom de l'inventeur de la chose, il faut ne pas être dépourvu d'imagination. Mais le but de Covarrubias — il le déclare explicitement ' — est de rechercher des etymologies et non pas de moraliser à partir de celles-ci. L'auteur du Tesoro ne veut rien prouver; il explique et, à l'occasion, se fait l'écho de croyances communes. Et sa pratique de l'étymologie, si fantasque soit-elle, n'est autre que celle que les humanistes ont héritée de saint Isidore qui, dans une encyclopédie intitulée précisément Etymologiarum libri, a réuni la totalité du savoir humain en suivant constamment le chemin qui va des mots aux choses 2.

Quant à Juan Rufo, on a vu que,, loin de rechercher une savante étyniologie, il trouve le plus simplement du monde une signification immédiate au nom de Vilhân, dont il ne nous parle, au demeurant, que pour dénoncer précisément cette vil hambre, la vile faim des joueurs insatiables. Mais, si cette moralité est très probablement la raison d'être de l'apophtegme, l'explication sémantique par ampliation et découpage du signifiant est donnée comme une évidence, sans recours à quelque autorité livresque. Il n'en va pas de même dans le Fiel desengaiïo de Luque Fajardo: C'est, d'une façon plus générale, ce que font, les uns après les- autres, les contemporains de Luque Fajardo, lorsqu'ils vont répétant que le mot même de tahur est dérivé du nom de Theuth, un mauvais génie mentionné par Socrate dans le Phèdre de Platon K Moins savant, mais tout aussi répandu dans les ouvrages sérieux à commencer par le lexique de Covarrubias , est le jeu de mots étymologique qui consiste à faire venir tahur du verbe hurtar qui signifie voler, dérober: Inutile même de faire parler les mots.

Il suffit de les répéter, à l'endroit et à l'envers. Et ce va-et-vient qui fait sens — si l'on peut dire — apporte à beaucoup la preuve que le joueur est un voleur. C'est lapreuvepar l'étymologie. Nos bons humanistes du Siècle d'Or en ont, eux aussi, usé et abusé, afin de donner à leurs thèses moralisatrices un fondement d'apparence scientifique. Naipe ne vient pas davantage de napâs, la destruction, que religion ne dérive de religare, réunir, rassembler. Quant à rapprocher tahur de hurtar, c'est jouer avec l'homonymie, faire très exactement un calembour, en rester au stade le plus élémentaire de l'étymologie 5.

A quoi bon chercher à prouver par l'origine des mots? Cette recherche est vaine: La cause est entendue. Mais nous, qui ne savons rien — ou presque rien — sur l'origine de cette chose mystérieuse qu'est la carte à jouer, nous ne connaîtrions pas non plus ces légendes que les Espagnols semblent avoir été les seuls 1 à construire sur cette même origine, si la manie de soHiciter les mots n'avait conduit des hommes comme Luque Fajardo et Covarrubias à nous parler de Vilhân et de Nicolas Pépin. On a vu que nombre de leurs contemporains ont fait allusion à ces personnages dans leurs écrits 2.

La littérature espagnole des premières années du XVIIe s.


  1. Comprar por categoría.
  2. que busca un hombre maduro en una mujer joven;
  3. contactos de hombres para mujeres!
  4. Tarot De MARSELLA CAMOIN JODOROWSKY - Con folleto (Carta - Cards - Adivinación);
  5. Cette richesse compense en partie la pauvreté de la documentation historique et iconographique pour la même époque; elle nous révèle, en outre, l'existence d'un folklore propre à ce jeu et nous livre ces deux personnages légendaires censés l'avoir inventé. Or, ces allusions seraient aujourd'hui incompréhensibles sans le lexique de Covarrubias et le traité de Luque Fajardo, oeuvres d'étymologistes convaincus. Et ces deux personnages auraient eu d'autant plus de mal à parvenir jusqu'à nous qu'après date probable de la rédaction des Dias géniales de Rodrigo Caro , on ne trouve plus leurs traces dans la littérature espagnole.

    Celui-ci doit rendre compte devant Lucifer de la façon dont les hommes ont usé de son invention, le jeu de cartes. Yo soy. Baaldat y Testacepusa. Yo soy el que inventé el naipe. Las Tarascas de Madrid y Tribunal espantoso. Pasos del hombre perdido v relacion del espiritu humano, Madrid. Pablo de Val. Institutode Estudios Madrilenos, , p. Cette évocation apocalyptique est, bien évidemment, au service d'une intention moralisatrice, tout comme les etymologies de Luque Fajardo. Mais il ne s'agit plus d'un discours érudit sur les origines: Et c'est cette élaboration même qui nous interdit de voir dans cet Auristel, qui n' apparaît nulle part ailleurs et dont le nom demeure mystérieux, un personnage de légende.

    Vilhân et N icolas Pépin, en revanche, semblent avoir eu une belle carrière de personnages légendaires, qui n'est pas attestée par la seule littérature de divertissement. Mais on ne peut pas ne pas être frappé par la brièveté de cette carrière: J'ai essayé d'expliquer pourquoi cette carrière pouvait être liée à l'espace sèvillan au point de s'y circonscrire: Mais comment se fait-il que cette carrière soit aussi limitée dans le temps?

    Je ne puis apporter de réponse satisfaisante à cette question. Vilhân et Nicolas Pépin, qui n'ont pas eu d'émulés dans les autres pays, ne semblent pas avoir eu, non plus, de successeurs en Espagne. Ils ont été vite oubliés.

    volunteerparks.org/wp-content/mysucysu/912.php

    jeux de cartes - Traduction espagnole – Linguee

    Francisco Santos aurait pu faire comparaître Vilhân devant Lucifer: Vilhân avait, en effet, toutes les vertus diaboliques d' Auristel. Mais Santos, qui manifeste pourtant dans ses nombreux écrits une très grande sensibilité au thème du jeu, ne devait plus connaître Vilhân. Quant à l'académicien qui, en , évoque Nicolas Pépin, on a vu qu'il emprunte sa mention au Tesoro de Oubliés, ces personnages ne sont même pas reconnus lorsqu'ils apparaissent de nouveau, au milieu du XIXe s. C'est du moins la mésaventure dont est victime Vilhân, qui devient, en , dans la très officielle Biblioteca de Autores Espanoles, un quelconque villano, un vilain anonyme.

    Avatar significatif, qui n'est même pas imputable â la distraction des protes: Et n'allons pas croire que c'est le parti pris moral qui inspire pareille métamorphose. C'est, plus simplement,. Ces derniers ont pourtant eu le mérite de nous transmettre le dire de leurs contemporains. Ils nous ont, certes, livré ces légendes malgré eux, croyant faire oeuvre, l'un, de lexicographe, et l'autre, de casuiste. Leur témoignage est aujourd'hui tout ce qui nous reste d'un discours singulier, spontané et vite interrompu, qu'ils ont repris à leur compte en lui donnant une signification morale; mais au moins l'ont-ils empêché de sombrer définitivement dans l'oubli.

    Rendons grâce alors à ces étymologistes d'antan, à ces auteurs de calembours édifiants: Quant à l'éditeur sevillan qui publia pour la premiere fois, en Le nom d'un fabricant imprimé sur les cartes? Vilhân n'est pas Jehan Volay: En revanche, Henry René d'Allemagne, dans son volumineux ouvrage, Les cartes à jouer du XIVe au XXe siècle, Paris, Hachette, , 2 tomes, qui reste un intniment de travail indispensable et inégalable, n'apporte pas de solution au problème de l'origine du jeu de cartes.

    On pourra consulter en particulier: Singer, Researches into the history of playing cards, Londres, R. Triphook, ; Gabriel Peignot, Recherches historiques et littéraires sur les danses des morts et sur l'origine des cartes à jouer, Dijon, Victor Lagier, voir, p. Chatto, Facts and speculations on the origin and history of playing cards, Londres, J. Smith, ; et Romain Merlin, Origine des cartes à jouer, Paris, l'auteur, C'est Antoine Court de Gébelin qui semble avoir été le premier à avancer l'hypothèse d'une origine orientale des cartes à jouer, dans ses Dissertations mêlées sur différens objets concernant l'histoire, le blason, les monnoies, les jeux, les voyages L'hypothèse de l'origine orientale a été reprise et développée au milieu du XIXe s.

    Merlin, op. L'auteur, qui déclare explicitement p. Brunet y Bellet a publié, douze ans plus tard, un complément à ses recherches: Mes sobre lojoc de naibs o cartas dejogar, Barcelone, L'avenç, Joan Corominas, Diccionario critico etimolôgico de la lengua castelïana, Madrid, Gredos, 2e éd. No habria necesidad de suponer que el vocablo naïf se aplicara a los naipes en Francia: Certaines de ces informations ont déjà été réunies par Manuel Llano Gorostiza, dans Naipes espanoles, luxueux volume édité par Indubân Banco de Vizcaya , Vitoria, , p.

    Alfonso el Sabio, manuscrit provenant de la Chapelle Royale de Grenade, conservé à la Bibliothèque de l'Escorial depuis ms. I, 6 et reproduit avec une introduction en allemand et en espagnol par John Grisword White Leipzig, Une brève étude de ce manuscrit, avec la reproduction en couleur de quelques miniatures, a été récemment publiée par Pilar Garcia Morencos, Madrid, Patrimonio Nacional, Seguin, op. Madurell Marimôn, p. Documents cités par J.

    Madurell Marimôn, ibid. Abbé Jean-Joseph Rive, Eclaircissements historiques et critiques sur l'invention des cartes à jouer, Paris, l'auteur, puis Veuve Duchesne, Voir la réfutation de sa thèse par R. Pour le XVe s. Simple hypothèse On connaît aujourd'hui fort peu d'exemplaires de cartes à jouer espagnoles antérieures au XVIIe s. Certaines barajas incomplètes du XVIe s. Heraclio Fournier, à Vitoria, musée dont il existe un catalogue avec une préface de Luis Monreal y Tejada Vitoria, Quelques feuilles de cartes à jouer imprimées en Catalogne dans la seconde moitié du XVe s.

    Paciencia y barajar: Diccionario de Autoridades, tome I, , s. Maria Moliner, Diccionario de uso del espanol , réimpr. Don Quijote de la Mancha, II, 24 dans l'éd. Voici la traduction de ce passage, dans la version de François de Rosset , revue et corrigée par Jean Cassou 1 La première est que j'ai eu l'honneur de votre connaissance, ce que je tiens à grande félicité.

    La seconde, d'avoir appris ce qui est contenu dans cette caverne de Montesinos, avec les transformations de Guadiana et des lagunes de Ruydéra, qui me serviront pour V Ovide espagnol que j'ai entre les mains. La troisième, de savoir à quoi m'en tenir sur l'antiquité des cartes à jouer, dont pour le moins on se servait déjà au temps de l'empereur Charlemagne, selon que l'on peut recueillir des paroles que Votre Grâce entendit proférer à Durandard, quand, au bout du long entretien que vous eûtes avec Montesinos, il s'éveilla en disant: Et il ne-put avoir appris cette façon de parler du temps qu'il était enchanté, mais en France lorsqu'il ne l'était pas, et au temps du même empereur Charlemagne.

    Cette vérification me viendra tout a point pour l'autre livre que je suis en train de composer, qui est le supplément de Virgile Polydore, sur l'invention des Antiquités. Je pense qu'il a oublié de mettre dans le sien celle des cartes que j'insérerai dans le mien. Chose qui sera de grande importance et d'autant plus que j'alléguerai un auteur aussi grand et aussi véritable que l'est le seigneur Durandard. Bibliothèque de la Pléiade, p. Voici le texte de Polydore Virgile: De rerum inven- toribus, lib. II, cap. Cette phrase est traduite de la même façon à très peu de détails près par Francisco Thamara Anvers, , fol.

    Don Quijote de la Mancha, II, 22 dans l'éd. La Pléiade, p. A l'exception de l'ouvrage de J. Brunet y Bellet et, dans une moindre mesure, de la brève étude de F. Janer voir note p. Miquel y Planas , les Espagnols n'ont pas publié de recherches originales sur l'invention des cartes à jouer. Le même Luque Fajardo donne comme très commune l'expression libro de cuarenta y ocho pour désigner la baraja ibid. Le jésuite Pedro de Guzmân, qui publie à Madrid, en , un traité intitulé Bienes del honesto trabajo y danos de la ociosidad, reprend p.

    Esta es su Biblia, donde se sacan sus figuras, y puntos, y no de oraciôn. On sait, par ailleurs, que la baraja était communément appelée libro real impreso con licencia de su Majestad par exemple, dans Y Entremés de la cârcel de Sevilla, éd. Ces deux dernières expressions renvoient, en fait, à deux réalités très concrètes: II, n. Dans la version française anonyme publiée à Paris en , sous le titre de La Narquoise Justine, ce passage et un infinité d'autres, du reste n'est pas traduit il devrait se trouver aux pages El rufiân dichoso, la date probable de composition de cette comedia est Dans le Quichotte, 1, 1 8 éd.

    Le sens de cette dernière précision n'a pas été définitivement élucidé par les critiques. Julio Puyol, dans son éd. Hypothèse ingénieuse, qu'il conviendrait peut-être de reprendre, en cherchant à l'étayer par d'autres exemples. Francisco Rodriguez Marin, éd. Abbé J. Rive, op. Le nom de Naipes, que les Espagnols leur ont donné, a été formé des lettres N. On lit cette étymologie dans le Dictionnaire de la langue castillane, composé par l'Académie Royale d'Espagne.

    Voir dans J. On trouve très curieusement un écho de cette légende royale dans une lettre adressée par Lope de Vega au duc de Sessa, en juin voir le texte dans Epistolario, éd. Rodriguez Marin, éd. Dans les deux éditions de son livre , 3 vols. Nicolas Pépin est totalement absent de l'ouvrage de Montoto y Rautenstrauch, par ailleurs assez riche de références à la tradition écrite et orale. Diego de Guadix, Primera parte de una Recopilaciôn de algunos nombres arâbigos, que los arabes en Espana, Francia e Italia pusieron a algunas ciudades, y a otras muchas cosas, manuscrit de la Bibliothèque Colombine dont on s'étonne qu'il n'ait pas encore été publié voir dans la Biblioteca histôrica de la Filologia castellana du comte de la Vinaza, Madrid, Tello, , col.

    Memorial del Licenciado Porras de la Câmara al Arzobispo de Sevilla sobre el mal gobierno y corruption de costumbres en aquella ciudad, manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Madrid, publié dans la Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 3. Luque Fajardo évoque — et discute — cette explication: Sea como fuere, a este numéro de cuarenta y ocho llaman ellos en los juegos de quinolas y primera etatem Mahometican. EUR 15, Detalles del producto Tapa blanda: Ha surgido un problema al filtrar las opiniones justo en este momento.

    Vuelva a intentarlo en otro momento. Tapa blanda Compra verificada. Amazon Prime: Volver arriba. Gana dinero con nosotros. Todos los derechos reservados. Amazon Music Transmite millones de canciones. Book Depository Libros con entrega gratis en todo el mundo. Kindle Direct Publishing Publica tu libro en papel y digital de manera independiente.